Écoconception, et si on visait la Lune ?

Chez Experiencis, l’année 2023 sera placée sous le signe de l’éco-conception. Notre objectif : que les prochains sites, applications métiers et mobiles sur lesquels nous travaillons soient conçus en conscience de leur impact environnemental.
Quel rapport avec la Lune me direz-vous ? Eh bien en 1969, il aura fallu seulement 70 ko de données pour permettre à Neil Armstrong de marcher sur la Lune, alors qu’aujourd’hui 2300 ko en moyenne sont nécessaires pour afficher une page web. 

Et si on visait la Lune ?

L’éco-conception : qu’est-ce que c’est ?

L’éco-conception est un concept global qui, selon la définition du Ministère de la Transition écologique, « consiste à intégrer la protection de l’environnement dès la conception des biens et des services ».

Si grâce à la dématérialisation notamment, le numérique peut à première vue être perçu comme positif pour l’environnement, la vérité est autrement plus complexe ! Obsolescence des terminaux, multiplication des data centers, consommations d’énergies démultipliées… L’empreinte écologique du numérique serait celle d’un 7ème continent grand comme 2 à 5 fois la France.

Dans le contexte actuel, il serait donc inconscient de ne pas se pencher sur le sujet.

Notre site comme terrain de jeu

Mis en place à la création de l’agence en 2017, notre site web était daté techniquement et périmé en termes de contenu. Sa refonte était l’occasion d’appliquer les principes de l’éco-conception et d’expérimenter des logiques que nous avions repérées.

Ce nouvel opus 2023 vise à respecter les grands principes suivants :

1. Questionner l’expérience utilisateur (UX) du site

Une arborescence et des contenus rationalisés pour ne garder que l’essentiel. Est-ce que vous avez besoin de l’historique de tous nos projets depuis 5 ans ? Ou plutôt d’un panel sélectionné pour vous faire découvrir tout ce qu’on peut faire ensemble ?

2. Réduire le poids du site avec une logique de budget ko par page

À ajuster en fonction de chaque projet, cette logique de budget est un bon indicateur pour guider l’optimisation du poids d’un site page à page. Arbitrairement, nous avons fixé un premier objectif d’1 mo par page, ce qui représente une petite moitié de la moyenne du poids moyen d’une page web en 2022.

3. Être accessible au plus grand nombre

Le framework utilisé vise à être léger et performant pour permettre à tous les types d’écrans, d’appareils et de connexion d’afficher notre site dans de bonnes conditions. Le site offre une expérience complète si le javascript est désactivé : il est ici présent uniquement pour démontrer qu’il est possible d’en injecter en restant frugal. 

4. Une logique d’amélioration continue

Par essence, une démarche d’éco-conception s’inscrit dans une logique itérative d’amélioration continue. Les nouveaux possibles techniques ou l'analyse de ce que les utilisateurs font ou ne font plus du service nous permettront ainsi de faire évoluer le squelette du site web et d’arbitrer les fonctionnalités proposées.

Le big bang éco conçu est rarement possible et finalement souhaitable. Une logique plus progressive permet d’avancer itération par itération. Cette logique permet d’embarquer l’équipe produit en créant des habitudes et des rituels en lien avec les impacts environnementaux.

Vous souhaitez vous aussi savoir où vous en êtes sur le sujet ?

Grâce au Référentiel Général d’Ecoconception de Services Numériques (RGESN) publié par la DINUM fin 2022, nous avons mis au point un service d’audit d’éco-conception pour accompagner les personnes soucieuses d’engager une démarche de réduction de l’impact de leur service numérique. Le résultat de cet audit est un outil pour guider la démarche d’éco-conception, prioriser et évaluer les différents points d’attention concernés.

Pour fêter le lancement de ce nouveau service, nous offrons 2 audits par tirage au sort. Tentez votre chance !

Je participe !

Bon à savoir

Promulguée le 15 novembre 2021, la loi de Réduction de l’Empreinte Environnementales du Numérique (REEN) propose une série de mesures pour favoriser un numérique plus sobre et plus responsable en France.Son article 35 introduit notamment l’obligation pour les communes et intercommunalités de plus de 50 000 habitants de se doter au 1er janvier 2025 d’une stratégie numérique responsable. Le législateur prévoit également une première étape clé au 1er janvier 2023 : l’élaboration d’un état des lieux des acteurs concernés et un bilan de l’impact environnemental du numérique.